Flexibilité organisationnelle : une nouvelle manière d’appréhender la gestion RH

Flexibilité organisationnelle : une nouvelle manière d’appréhender la gestion RH

Du bureau aux horaires en passant par les congés et l’organisation du travail, une expression fait de plus en plus parler d’elle : la “flexibilité organisationnelle”. Si la flexibilité n’est pas nouvelle, la crise sanitaire et les difficultés de recrutement que connaissent nombre d’entreprises lui ont donné une acuité toute particulière. En quoi consiste la flexibilité organisationnelle? Qu’apporte-t-elle aux salariés et aux entreprises? Zoom sur cette tendance qui invite à réécrire les contours des politiques RH.

La flexibilité, un nouveau rapport au temps et au travail

La flexibilité organisationnelle est une nouvelle manière d’organiser l’activité des entreprises, offrant davantage de latitude décisionnelle et de souplesse aux salariés concernant le temps et le lieu de travail. Elle pousse les entreprises à transformer leurs manières de gérer le personnel et peut se traduire par l’adoption de différentes mesures, par exemple :

  • Télétravail total (non imposé) ou télétravail partiel,
  • Nomadisme,
  • Horaires de travail flexibles, adaptés, variables ou sur-mesure,
  • Semaine de 4 jours,
  • Journée de 5 heures,
  • Vacances illimitées,
  • Full remote (le salarié travaille d’où il veut, quand il veut),
  • Flexibilité dans le travail avec possibilité de s’absenter pour traiter de sujets personnels,
  • Etc.

Toutes ces mesures sont susceptibles d’influencer positivement la qualité de vie au travail, à partir du moment où elles sont choisies par les salariés et non subies. Leur déploiement n’est pas simple pour autant. Un tel changement implique de simplifier ses processus et de réinventer sa gestion des ressources humaines. Au-delà des rythmes de travail, la flexibilité concerne également le management et la possibilité de mieux prendre en compte l’avis des salariés dans le processus décisionnel.

Quels sont les bénéfices de la flexibilité en entreprise?

La flexibilité, source d’un meilleur équilibre entre travail et famille pour les salariés

Les salariés attendent plus de liberté et de latitude en matière de temps et de lieu de travail, moins de contraintes et de rigidité. Ils recherchent une plus grande flexibilité des rythmes de travail, avec en creux un meilleur équilibre entre les temps de vie professionnelle et personnelle. La flexibilité (aussi bien concernant le lieu que le temps de travail) permet de répondre à cette demande forte tout en augmentant la satisfaction des salariés au travail et leur motivation.

La généralisation du travail à distance avec la pandémie a permis aux salariés d’apprendre à travailler autrement, de manière plus flexible. Pour eux, aucun retour en arrière n’est envisageable. Qu’en est-il des employeurs? Ils sont globalement prêts à franchir le pas de la flexibilité du travail. D’après une étude réalisée par le cabinet Robert Half en novembre 2020, 52 % des gestionnaires des ressources humaines se disaient prêts à mettre en place des horaires flexibles pour soutenir la conciliation du travail et de la vie personnelle une fois la crise de la Covid-19 terminée.

Pour les entreprises, une injonction à s’adapter pour gagner en efficacité

Les organisations “flexibles” sont celles qui savent se transformer, s’adapter aux contraintes, aux changements (souvent rapides) et aux événements qu’elles traversent, en faisant évoluer leur structure, leur organisation et la gestion de leurs ressources humaines. Ainsi, les entreprises qui développent cette forme de résilience peuvent gagner en agilité et en efficacité. La flexibilité organisationnelle permet également de réduire les coûts liés au recrutement, à l’absentéisme et à l’invalidité.

La flexibilité, une nouvelle composante de la gestion RH

Offrir une meilleure qualité de vie pour attirer et fidéliser les talents

La flexibilité reflète un changement de société, un monde dans lequel le bien-être au travail compte autant (sinon plus) que le salaire. Les salariés aspirent désormais à davantage de liberté et d’autonomie dans la manière d’organiser leur vie professionnelle. 

D’un autre côté, les difficultés actuelles de recrutement touchent la plupart des secteurs. Dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre et de “guerre des talents”, les entreprises n’ont d’autre choix que de répondre à ces nouvelles exigences des salariés pour attirer les talents et (surtout) fidéliser leurs meilleures recrues. 

La flexibilité devient ainsi une manière de travailler sa marque employeur et de se différencier en se créant un avantage compétitif certain. Cette flexibilité devient d’ailleurs un élément structurant des discours de marque employeur, reflétant la capacité des entreprises à s’adapter aux changements. À la clé pour les employeurs : placer l’épanouissement des salariés au même niveau que leur productivité.

Proposer la flexibilité sans l’imposer : les nouvelles pratiques RH

Il aura fallu une crise sanitaire mondiale pour que des millions de salariés s’interrogent sur ce qui crée du sens dans leur travail, provoquant une vague massive de démissions. D’après Randstad Canada, cette “Grande Démission” est une mode qui pourrait bien durer plusieurs années. Quant aux salariés toujours en poste, ils ont appris à travailler autrement, à s’adapter sans cesse et à jongler encore davantage avec leurs impératifs familiaux (garde d’enfants liée à la fermeture des écoles, notamment).

Les employeurs ont bien compris cette nouvelle donne et sont prêts à accueillir cette demande de flexibilité, charge aux services RH de mettre en œuvre de nouvelles politiques plus souples et plus protectrices : mise en place du télétravail de manière négociée, instauration d’une clause de déconnexion, création de politiques de sensibilisation des managers pour donner davantage d’autonomie aux salariés dans la gestion de leur temps de travail, mise en place de processus d'embauche à distance ou hybrides… La flexibilité est un immense chantier qui nécessite de se doter d’outils de gestion RH complets et modulables.

Conclusion

La flexibilité organisationnelle pourrait bien s’imposer comme une grande tendance dans les années à venir en matière de gestion des ressources humaines. Pour être bien vécue, la flexibilité doit être choisie par les salariés, et non subie. Les entreprises doivent accepter cette tendance comme une opportunité et adapter leur gestion des ressources humaines plutôt que de redouter cette demande de flexibilité.

Intégrer la flexibilité organisationnelle comme une nouvelle composante dans la gestion du personnel apparaît même comme une nécessité pour assurer la pérennité des entreprises. Les entreprises prêtes à renouveler leurs pratiques RH en matière de flexibilité améliorent en même temps leurs performances et leur attractivité.